Les bienfaits du tricot

Classé dans : Accueil | 0

Si vous êtes arrivé(e) jusqu’ici, c’est sûrement que vous aimez tricoter, créer, crocheter… Mais connaissez-vous les bienfaits du tricot sur votre santé ? Parce que oui, m’sieurs-dames, il y en a, et plein même, au point que certains auteurs et journalistes en sont venus à parler de tricothérapie.Comment profiter des bienfaits du tricot
 

Le tricot, un calmant sans effet secondaire ?

Ce sont nos amis américains qui se sont penchés les premiers sur les bienfaits du tricot. Le centre médical Cabrini de New York le conseille par exemple à ses patients atteints de maladie chronique, et qui doivent subir des traitements lourds et/ou douloureux comme la dialyse ou la chimiothérapie.

Le professeur Herbert Benson, dans son ouvrage paru en 2000 et intitulé The Relaxation Response, le propose en tant que méthode de relaxation offrant des bénéfices notables sur l’insomnie, l’hypertension et les douleurs chroniques.

Pour simplifier au maximum leurs propos, disons que le fait de devoir vous concentrer sur l’ouvrage vous permet de vous ancrer dans l’instant présent, en ne laissant plus vagabonder votre esprit entre les factures à payer, la table basse ravagée par le chien ou le petit dernier qui est entré dans sa phase d’opposition. Vous vous déconnectez donc de votre environnement, de vos problèmes, et vous offrez du repos à votre esprit.

Il est vrai que les plus expertes peuvent tenir une conversation, gérer la cuisson d’un plat et regarder la télé, tout ça en même temps, en plus de tricoter (je plaide coupable), mais ce mouvement régulier, le joli cliquetis des aiguilles, et le fait que vous ne tricotiez que dans des endroits sûrs où vous vous sentez bien (oui, en général on ne sort pas son tricot lors d’un entretien d’embauche), tout cela vous détend et vous relaxe.

Mais les bienfaits du tricot ne s’arrêtent pas là ! Saviez-vous par exemple que :
 

Le tricot renforce l’estime de soi

Certes, lors de votre premier ouvrage, quand tombe de vos aiguilles cette espèce de chose informe et pleine de trous, on peut douter de cette vertu 🙂 Mais une fois la phase d’apprentissage passé, quel plaisir de pouvoir offrir des cadeaux tricotés de nos petites mains à nos proches. Quelle joie de les entendre nous complimenter sur le pull que nous portons et qui nous a demandé tant d’heures de travail…

Tant pis si l’ouvrage n’est pas parfait : vous l’avez terminé, et c’est déjà une incroyable satisfaction. Ajoutons à cela le choix des couleurs et des matières, que vous avez su si brillamment marier, et vous voilà dans un état oscillant entre la joie et la fierté (et ça fait drôlement du bien !)
 

Le tricot ferait maigrir

Oui, j’utilise le conditionnel car maigrir demande de connaitre la cause du problème : si vous avez un problème thyroïdien, le tricot risque de ne pas vous être d’une grande aide. Mais si vos problèmes de poids viennent de votre besoin compulsif de grignoter, le tricot peut se révéler intéressant.

Comment ? Pour commencer, sachez que ce n’est pas le mouvement de vos mains qui vont brûler plus de calories qu’un jogging de trente minutes. Non, non, ce serait trop facile 🙂

En fait, vous allez être occupé(e) pendant un bon moment et vous allez « oublier » l’heure et ce que j’appellerais les fausses faims (vous savez, cet instant où votre cerveau se souvient que vous avez acheté de succulents bonbons, certes destinés aux enfants, mais bon, ce n’est pas très bon pour leurs dents, alors autant que vous leur épargniez le supplice des caries en en mangeant quelques-uns ; et que vous ne pouvez plus penser à autre chose avant d’avoir fini le paquet. Et la tablette de chocolat posée à côté. ;-))

Certaines tricoteuses au régime poussent « le vice » jusqu’à emmener leur tricot lors de sorties au restaurant ou chez des proches, quand le repas s’annonce copieux. Bon, vous pouvez toujours essayer, mais je trouve ça assez déplacé de sortir mes aiguilles à table lors du réveillon de Noël par exemple, façon « c’est pas que je m’ennuie, mais bon »…
 

Tricoter pour arrêter de fumer ?

De nombreux témoignages vont dans ce sens. Quand vous arrêtez de fumer, vous vous retrouvez avec des rituels qui sautent : la première cigarette du matin, le café/clope de 11h, la petite bouffée post-déjeuner… Et vous avez un vide à combler. Un vide à la fois sensoriel, et temporel. Et le tricot vous permet de combler ces 2 choses !

Évitez tout de même de rouler votre laine pour la fumer, ça ne marchera pas 🙂 mais quand l’appel de la nicotine se fait sentir, prenez une petite pause et sortez vos aiguilles ! Vous verrez, ça fait fureur en plus, et Chéri sera si beau dans sa nouvelle écharpe…

Nous en arrivons donc au 4ème des bienfaits du tricot :
 

Le tricot crée des liens

Que ce soit entre générations (quand vous demandez à Mamie de vous montrer comment tricoter tel point), entre ami(e)s (« Oh, tu tricotes ? Tu pourrais m’apprendre ? ») ou en entrant dans la communauté des tricoteuses, le tricot favorise la sociabilisation.

D’une part, parce qu’on ose plus facilement vous aborder (il y a un « prétexte ») – célibataires, sortez vos aiguilles ! – d’autre part parce que vous vous intégrez au sein d’une communauté plus vaste (un peu comme la communauté de l’Anneau, les uruk-hai en moins).

Vous pouvez bien sûr choisir de rester seul(e), si c’est ce que vous souhaitez ; personne ne fracturera votre porte pour venir vous noyer sous des questions tricotesques 🙂 Mais participer à des événements de tricot près de chez vous peut être un bon moyen de nouer de nouvelles relations. Et niveau événements, vous avez sûrement le choix : il y a par exemple l’opération Mets ton bonnet organisée par Innocent au profit des petits frères des pauvres, les tricot’thés qui fleurissent un peu partout, les opérations de yarn bombing qui consistent à habiller les rues de tricot… Et s’il n’y a pas d’événements de ce genre près de chez vous, pourquoi ne pas en organiser un ? Pour la journée mondiale du tricot par exemple, demandez aux gens de vous envoyer des carrés de X cm par X cm que vous assemblerez autour des éléments d’une rue (n’oubliez pas de demander l’autorisation à la municipalité). Si vous avez de la place chez vous, vous pouvez même monter une association pour organiser des tricot’thés chez chacun(e) des membres à tour de rôle…

Créer des liens et de la couleur, un autre des bienfaits du tricot
Et voilà à quoi ressemble le yarn bombing 🙂

 

Améliorer ses capacités grâce au tricot

Tricoter vous demande de bouger les doigts, les poignets, et entretient donc ce petit capital musculaire. Les femmes qui ont tricoté régulièrement tout au long de leur vie et qui tricotent encore ont généralement moins d’arthrose que les autres.

Il améliore également vos capacités mémorielles et de concentration, puisqu’il nécessite de retenir le geste, le motif et de rester suffisamment concentré(e) pour ne pas perdre le bénéfice de votre travail.

Quelques entreprises britanniques encouragent même leurs salarié(e)s à prendre des pauses tricot, afin de réduire leur stress et d’améliorer leurs capacités cognitives. Certains arguent même que le tricot améliorerait les capacités de management, en permettant d’avoir une vision plus globale des choses, et des moyens à mettre en œuvre pour atteindre un objectif donné.

Maintenant que vous connaissez tous les bienfaits du tricot, allez-vous débuter ou vous y mettre plus assidûment ? N’hésitez pas à partager votre expérience du tricot dans l’espace commentaires ci-dessous !
 

Laissez un commentaire